La photo de mariage ou savoir se lancer dans le vide!

La photo de mariage ou savoir se lancer dans le vide!

Le 23 février dernier j’ai eu la chance de me lancer dans le vide en couvrant mon premier mariage! Une proposition inattendue et une expérience à la fois stimulante et effrayante! Je m’explique.

Une proposition inattendue

Si je me débrouille maintenant assez bien en photographie, je ne possède un réflex APS-C que depuis 3 ans et un plein format que depuis deux mois, ce qui ne m’empêche pas d’avoir déjà couvert quelques événements dont un baptême et fait de la photo événementielle dans des conditions pas toujours faciles avec mon premier réflex, un Nikon 5500.

Ayant refusé des propositions de photographie de mariage car je ne me sentais pas prêt à assumer cette responsabilité, j’ai décidé en janvier de me payer deux cours de photographie de mariage sur Creative Live en prévision de nouvelles propositions cet été, un de Joe Buissink et l’autre de Rocco Ancora et Ryan Schembri, en plus de me procurer un bouquin spécialisé pour compléter ma base.

Que fut alors ma surprise lorsqu’une de mes anciennes étudiantes de l’époque pas si lointaine où j’étais encore prof de cégep et son conjoint m’ont approché en février pour m’offrir l’honneur d’immortaliser leur union qui aurait lieu quelques semaines plus tard!

Si c’est si facile se préparer pour une tâche qui semble lointaine, quand une telle demande imprévue surgit plus rapidement il est facile de sombrer dans le doute. Suis-je assez bon pour ne pas les décevoir? Est-ce que je maîtrise les fonctions de mon matériel suffisamment pour ne pas rater d’instants décisifs impossibles à reprendre comme le baiser officiel et l’échange des anneaux? Combien charger pour une première expérience de photo du genre? Tant de questions à répondre rapidement sous peine de voir cette occasion nous échapper!

J’ai bien entendu accepté de sauter dans le vide (de manière contrôlée) sinon vous ne seriez pas ici en train de lire ce billet! Des préparations de la salle de réception en passant par la cérémonie jusqu’au lancé du bouquet en soirée, j’ai finalement survécu à sept heures de photographie presque ininterrompues, vidé complètement une des piles de mon appareil et accumulé presque 500 clichés! J’estime qu’au final une dizaine d’heures m’auront été nécessaires pour trier, développer et retoucher toutes ces images.

Avoir dit oui à la couverture de leur oui fut au final une expérience que je regrette aucunement mais sans ma préparation préalable plutôt intensive je ne crois pas que j’aurais été en mesure de donner une performance photographique à la hauteur de leurs attentes.

Quelques conseils avant de se lancer dans le vide

Voici mes quelques conseils pour un photographe amateur qui hésite comme moi à accepter un tel contrat, conseils découlant autant de mon expérience que de mes nombreuses lectures pour m’y préparer.

  • Un objectif 24-70 f2.8 est essentiel tant il est polyvalent et lumineux. Il n’a pas quitté mon D750 et fût l’unique optique de ma journée! C’est cher mais vous pouvez le louer pour une quarantaine de dollars avec un dépôt de sécurité de 600$ environ.
  • Better be safe than sorry comme on dit en anglais: apporter un second boîtier et quelques objectifs de secours, idéalement des focales fixes et lumineuses comme les classiques 85mm et 50mm, vous permettra de travailler avec la conscience tranquille en cas de pépin de votre appareil principal. Utilisez votre ancien reflex ou empruntez-en un s’il faut, même un appareil amateur sera mieux que rien. En plus d’avoir un plan B vous pourrez aussi travailler à deux boîtiers en équipant le second d’une focale fixe complémentaire à votre zoom principal.
  • Pensez à doubler le nombre de piles et cartes mémoires que vous croyez avoir besoin: manquer d’énergie ou d’espace n’est pas une option.
  • Assurez-vous que les mariés vous engagent pour votre portfolio actuel tout en étant conscients que vous n’avez jamais eu cette responsabilité par le passé. Même s’ils vous font confiance ce doit être clair pour eux que vous n’êtes encore du niveau d’un pro! Prenez aussi le temps pour leur remettre un contrat mettant sur papier votre entente verbale: vous allez ainsi avoir la conscience tranquille car les conditions du contrat seront claires pour les deux parties.
  • Vous n’êtes pas un pro mais vous devez vous agir tout comme. Souriez toujours, habillez-vous d’une manière propre et discrète et ne vous comportez pas comme un invité (pas d’alcool même si les mariés vous en offrent).
  • Si la cérémonie se déroule à l’église, présentez-vous au prêtre pour qu’il sache que vous êtes le photographe officiel et demandez-lui s’il a des règles que vous devez respecter pour ne pas l’indisposer. En me présentant ainsi j’ai pu gagner sa confiance et son respect, me permettant par le fait même de varier les points de vue et de pouvoir me glisser derrière l’hôtel.
  • Apprenez à maîtriser votre flash cobra et utilisez un diffuseur. S’il est inutile à l’église, il vous dépannera énormément au cocktail et à la cérémonie. Ayant eu un bris de mon système d’éclairage continu, j’ai du me reposer sur mon flash et un diffuseur Gary Fong pour les photos officielles à l’intérieur, ce qui m’a sauvé la peau.
  • Affrontez la peur du mode manuel! Parfois la seule manière d’obtenir les images que vous désirez en situation de lumière difficile est de dépasser les modes priorités et prendre le contrôle! À ce moment le mode ISO auto sera votre ami: réglez la vitesse et la profondeur de champs et laissez le soin à l’appareil d’ajuster la sensibilité pour obtenir une bonne exposition. Vous pouvez limiter à sensibilité ISO auto à 3200 et même la dépasser en cas de besoin car les boîtiers récents supportent bien cette hausse. Testez les capacités du vôtre avant le jour J! Il est de toute façon toujours mieux d’avoir une photo un peu bruitée que floue.
  • RAW! Shootez RAW! Ne vous limitez pas au JPEG et utilisez toutes les possibilités des fichiers bruts. Ça demande plus de travail à développer mais au moins vous allez pouvoir vous donner une grande marge de manœuvre en post-production en cas de mauvaise exposition et vous enlever ainsi un peu de pression!
  • Dernier conseil: préparez-vous! Un shooting de mariage ne doit pas s’improviser. Lisez sur le sujet, suivez des cours en ligne au minimum et si vous avez la chance de donner un coup de pouce à un pro sautez sur l’occasion. N’ayez cependant pas peur de vous lancer dans le vide et dire oui: toute la préparation du monde ne peut valoir l’expérience du terrain et l’apprentissage que vous en tirerez.

Quelques clichés

Voici pour terminer quelques clichés de cette journée mémorable, un mince échantillons des 250 images remises ce soir aux heureux mariés.

J’en profite d’ailleurs pour remercier Véronique et Joel pour m’avoir choisi pour immortaliser l’un des jours les plus importants de leur vie. Merci pour votre confiance!

Laisser un commentaire